La meilleure solution pour l’isolation thermique de la maison

Il faut savoir qu’une habitation bien isolée représente une économie considérable sur le court comme sur le moyen terme. Pour le moyen terme : un bâtiment isolé comme il faut demande moins de travaux d’entretien. Sur le court terme, les déperditions thermiques se répercutent forcément sur les factures d’énergie et d’électricité. Sur le long terme, une maison vieillit bien mieux quand elle est bien isolée. Les murs sont épargnés des moisissures qui provoquent craquèlements et fissures, et il n’y a aucune trace suspecte causée par l’humidité aux fenêtres. Il ne reste donc plus qu’à déterminer quelle est la meilleure solution pour l’isolation thermique de la maison.

Choisir un isolant minéral

La plus connuecomme isolant minéral est la laine de verre. Il s’agit d’un isolant constitué de débris de verre et de sable pur. La laine de verre convient surtout pour l’isolation les toits inclinés, des murs intérieurs ainsi que des planchers en parquet. Elle est privilégiée pour l’isolation de l’intérieur de la maison, car elle ne supporte pas la vapeur. Il est donc préférable de l’assortir d’un pare-vapeur. Elle est généralement vendue sous forme de rouleaux. Ce couvreur en Isère par exemple n’a aucune difficulté à la poser. Il a longtemps été le plus utilisé des isolants, car il n’est pas cher. Par ailleurs, cet isolant thermique est également un bon isolant acoustique. La laine de verre est ininflammable et ne dégage pas de fumée toxique en cas d’incendie, et enfin elle dure en moyenne une décennie. Pourtant, la laine de verre est aujourd’hui décriée, car elle est non écologique. Lors de sa pose, le couvreur doit bien protéger sa peau, ses poumons et ses yeux, car la laine de verre est très irritante pour la peau. Néanmoins, les risques cancérigènes qu’elle représente réellement restent à prouver.

Le choix de l’isolant synthétique

 Un isolant synthétique est un produit dont la matière première est le pétrole, ou un dérivé de ce dernier. Ce type d’isolant est très efficace, surtout au niveau thermique. L’exemple le plus parlant est le polystyrène. Son grand défaut est son impact écologique. À une époque où il devient primordial que toute action se coordonne avec le respect de la nature, il n’est pas acceptable qu’un produit qui a une origine déjà controversée se répande. D’ailleurs, le polystyrène dégage des émanations toxiques en cas d’incendie. Cela ne fait que conforter sa grande dangerosité.

La nouveauté : l’isolant écologique

L’isolant écologique est différent de l’isolant naturel. Un isolant naturel n’est pas forcément écologique. Le problème de certains isolants naturels concerne le transport. Jusqu’au produit, les transformations et les trajets donnent un total carbone qui n’a rien d’écologique. L’isolant écologique est celui qui est naturel ou recyclable et recyclé. La ouate de cellulose, à titre d’exemple, est faite à partir de papier recyclé. Aucun composant naturel, à la base, mais un produit biodégradable et respectueux de l’environnement. Le choix du meilleur isolant va dépendre du budget, mais aussi beaucoup des valeurs morales de l’utilisateur. Afin d’optimiser les effets de l’isolant, il ne faut pas oublier les gestes écocitoyens à adopter au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *