Les tableaux de répartition électrique

Poste d’aiguillage de votre logement, le tableau est à la fois un centre de gestion et de protection. La répartition passe par des appareillages variés, à moduler selon vos besoins. D’où l’appellation courante de tableau modulaire.

Divisions et subdivisions

La répartition est une arborescence. En tête, donc alimentés directement depuis le disjoncteur principal d’abonné, se trouvent un ou plusieurs disjoncteurs différentiels haute sensibilité de 30 milliampères (mA). Leur rôle est de détecter les courants de fuite de plus de 30 mA et de couper instantanément le circuit pour éviter l’électrocution. Ils jouent aussi le rôle de disjoncteur en cas de surtension.

Dans un petit logement, un seul différentiel suffit. Pour une surface importante, l’installation doit être subdivisée par zones ou types de circuits, chacun protégé par son propre disjoncteur différentiel : par exemple, cuisine, salle de bains, éclairage, chauffage, jardin.

De ces différentiels partent ensuite les circuits dédiés, calibrés et protégés individuellement. Cette protection s’effectue par le biais de coupe-circuits. Attention toutes manipulations électrique de votre installation demande un électricien professionnel. Ils peuvent être à cartouche fusible classique ou “magnétothermiques” à réarmement. Avec ces derniers il n’y a plus de consommable à changer ni de fastidieuses recherches à effectuer. La manette abaissée indique le circuit concerné. Une fois la panne réparée, il suffit de les réenclencher.

Le calibrage de ces dispositifs dépend des circuits auxquels ils sont dédiés et des appareils à alimenter, éclairage (16 A), convecteur ou électroménager (20 A), prises (20 A), four ou cuisinière (32 A).

Les appareillages spéciaux

On trouve ainsi au tableau de répartition un certain nombre d’appareils spécialisés :

  • La sonnette et son transformateur TBT (très basse tension).
  • La commande de VMC.
  • Une horloge de programmation ou un contacteur jour/nuit pour faire fonctionner en heures creuses le ballon d’eau chaude, les chauffages à accumulation ou les machines à laver.
  • Un bloc parafoudre (obligatoire dans certaines régions très exposées).
  • Un ou plusieurs délesteurs.
  • Les télérupteurs ou télé-variateurs qui commandent l’éclairage de plusieurs points.
  • Une minuterie pour agir sur la durée d’éclairage dans un couloir, etc.

Pour toute demande d’informations, appelez un électricien. En prévision d’une extension ou d’une modification de l’installation, choisissez un tableau légèrement surdimensionné par rapport à vos besoins (2 à 4 emplacements libres). Dans l’attente, les logements non utilisés seront occultés par des caches, généralement fournis.

Cœur de l’installation électrique, le tableau de répartition distribue le courant en provenance du disjoncteur principal vers les différents circuits. II intègre tous les dispositifs de protection et de commande, dont certains ès spécifiques, obligatoires ou facultatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *