Ecologie sociale : le concept vu par un artisan

Aujourd’hui, on va parler d’écologie sociale. Concept créant des remous chez les travailleurs français mais pas seulement. Voici trois concepts de base qui aideront à en savoir plus sur cette écologie sociale, du moins pour se faire une meilleure idée de ce qui sera un concept essentiel dans le futur. Voici ces concepts : interdépendance, décentralisation et technologie.

Théories essentielles

L’interdépendance

Principe basique chez les intellectuels du 20è siècle, l’unité dans la diversité est au centre des préoccupations dans une démarche de mise en place de l’écologie sociale. L’écologie sociale cherche à s’opposer à la pensée unique pour mettre en exergue la diversité. L’union organique des différentes parts de la société est essentielle et des différences doivent sortir l’essentiel.  Cette différence se verra au niveau des deux points suivants :

  • Points de vue
  • Styles créateurs

Ceci permet de faire évoluer la société tout en la rendant plus stable.

La décentralisation

Concept en vogue chez les politiciens, notamment les dirigeants des régimes corrompus comme on en trouve en Afrique et dans d’autres parties du monde, la décentralisation effraie les corrompus et défraient la chronique. Une société d’écologie sociale ressemblerait à une confédération de communes décentralisées et liées entre elles par des liens commerciaux et sociaux et moins par des liens politiques. Des sources d’énergies renouvelables seront accessibles et dispersées pour toutes les communautés.

Ecologie sociale en plomberie

La technologie est un concept de base de l’écologie sociale. Lors d’un entretien réalisé avec plombier Chatenay-Malabry, ce dernier a évoqué l’écologie sociale qui est, depuis plusieurs années déjà, au centre des préoccupations des artisans. En plomberie, la technologie a pour but de libérer l’être humain d’une grande part du travail manuel (travail en usine). En effet, grâce aux équipements tels les climatiseurs réversibles, robinets à infrarouge et autres, les citoyens n’auront plus grand-chose à faire, étant donné l’automatisme mis en place. Les tâches pouvant être fait par des machines sont nombreuses. Cela permettra de laisser le travail créatif aux humains. Le temps gagné pourrait lui permettre de participer plus activement à la vie sociale de son quartier et de profiter plus pleinement de la vie sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *